Un milliard pour démarrer

0

Championnat national de football

Le ministre d’État en charge des Sports, Alain-Claude Bilie-By-Nze, a réuni, hier mercredi , à Libreville, les principaux acteurs impliqués dans l’organisation du championnat national de football de première et de deuxième division. L’objectif de cette rencontre était de faire le point sur le probable démarrage du National-Foot. A cet effet, le ministre des Sports a clairement indiqué à ses hôtes que pour le démarrage du championnat, le ministère disposait d’une ligne budgétaire de 1 milliard de francs. (…) ” Et que cet argent devrait être disponible la semaine prochaine”, a indiqué le patron des Sports qui, par ailleurs , à profité de cette occasion pour indiquer aux différents responsables que “nous ne voulons pas d’un championnat qui va connaître une interruption”. A la suite d’Alain-Claude Bilie-By- Nze, le président de l’Association des clubs professionnels, Landry Nkeyi, au nom des clubs de D1 et D2, a pris l’engagement de démarrer la saison ” dès que le financement sera mis à disposition”. Ainsi, ” malgré les difficultés que nous allons rencontrer, nous promettons aux férus du football gabonais que nous allons jouer sans connaître d’interruption comme par le passé “, a-t-il promis. Ainsi donc, le championnat pourrait reprendre dans deux semaines. La question qui se pose est celle de savoir comment se fera la clé de répartition de cette enveloppe? Les équipes des deux championnats, D1 et D2 sont inclues dans ce partage ou uniquement les 14 équipes de première division? Si tel est le cas, un milliard à partager aux 14 équipes donne moins de 80 millions à chaque formation. Ajouter au budget d’exploitation de la Ligue, le risque est grand , au final, que chaque équipe puisse se retrouver avec une cinquantaine de millions. Connaissant les envies boulimiques des dirigeants de clubs, nous doutons , qu’importe la formule utilisée , que ce championnat puisse aller à son terme. Malgré les assurances du président Nkeyi, le risque est grand de voir ce championnat s’arrêter au bout de cinq journées. Ce qui soulève, une fois encore, la problématique de l’autonomisation des clubs professionnels de notre pays qui dépendent quasiment tous de l’Etat.

LEAVE A REPLY

S'il vous plaît ecrivez votre commentaire
S'il vous plaît entrer votre nom ici