S’inspirer du modèle français

0

Sud Ladies Cup de Marseille-Après la Bérézina de l’équipe féminine du Gabon

L’équipe féminine du Gabon vient de prendre part à un tournoi de football des moins de 20 ans à Marseille en France. Logée dans la poule de Haïti, du Japon et de la France, les Gabonaises ont littéralement sombré face à leurs différents adversaire. Battues 11-0 face au Japon, les Gabonaises se sont, une fois encore inclinées 7-0 contre Haïti et 6-0 face aux françaises, soit un un total de 24 buts encaissés sans en marquer… Mais auparavant, au Maroc, face aux jeunes Lionnes de l’Atlas, elles avaient déjà encaissé 11 buts en deux rencontres (8-0 et 3-0). Cette Bérézina est la conséquence logique de l’improvisation et de l’inorganisation du football gabonais… A Marseille, nos compatriotes ont constaté toute l’organisation qu’il y a autour du football français depuis l’arrivée du président de la fédération française de football Noël Le Graët, le 18 juin 2018. Comment a-t-il organisé ce football ?

La première initiative du nouveau président du football français, Noël Le Graet, fut de nommer Brigitte Henriques, ancienne joueuse internationale. Après avoir occupé plusieurs fonctions au sein de la FFF ou au PSG, au poste de secrétaire générale de la fédération en charge du développement de la féminisation en 2012. De là découle une vraie volonté de faire confiance à une femme issue du milieu du football.

S’en suit ensuite la mise en plan de féminisation sur quatre saisons, de 2012 à 2016 soit la fin de cette saison, avec un budget de 612 000 €.

Lancé en 2012, et piloté par Madame Henriques, le plan de féminisation a pour but de développer le nombre de licenciées féminines. Il se destine aux femmes ou jeunes filles footballeuses dans l’âme, mais pas seulement, puisqu’il a également pour but de développer le nombre de dirigeantes dans les clubs et le nombre d’arbitres féminins. Son objectif est qu’il y ait une augmentation de 10 % de femmes par saison et d’atteindre les 100 000 joueuses d’ici 2016, on parle même de 200 000 licenciées d’ici 2018. Ce premier chiffre sera probablement atteint au vu du nombre de pratiquantes actuel qui dépasse largement les 85 000 filles et la dynamique que connait le football féminin en France.

Ce plan s’articule autour de quatre axes principaux :

Axe 1 : Valoriser la place des femmes dans le football ;
Axe 2 : Devenir une nation de référence du football ;
Axe 3 : Jouer les premiers rôles au niveau Européen puis mondial ;
Axe 4 : Innover en matière de formation.

Pour cela, la FFF a créé six campagnes de promotions à destination des clubs mais aussi des Ligues et Districts, dont trois qui sont destinées à développer le nombre de pratiquantes. Les autres sont destinées principalement au développement du nombre des dirigeantes, à la prise de consciences de la part des femmes qui ont pu évoluer au haut niveau de leur importance dans le football féminin, et plus minoritairement au développement du nombre des arbitres féminins.

« La semaine du football féminin » : Cette « semaine » qui se déroule généralement sur une journée a pour but de faciliter l’intégration des femmes et des jeunes filles dans les clubs. Elle se déroule généralement sous une journée de type journée portes ouvertes dans les clubs et d’une valorisation de ces actions par les Districts et les Ligues.

Les journées « Rentrée du Foot » : Ces journées qui sont organisées par les Districts soit sur leur propre initiative, soit en partenariat avec un ou plusieurs clubs de leur département qui souhaitent développer le nombre de licenciés féminins en leur sein. Ici aussi, il s’agit d’une journée découverte à destination des licenciées et non licenciées.

« Le football des princesses » : L’objectif du « Football des princesses » est de développer le football féminin au sein des écoles primaires, collèges mais aussi lycées. Le but est de mobiliser les enseignants afin qu’ils fassent découvrir le football par l’animation de séances de découverte ou des séances culturelles et sportives autour des valeurs du football. En jeu pour les meilleures initiatives, une journée complète avec l’équipe de France féminine pour les lauréates.

Voilà autant de pistes de solutions devant permettre de développer le football féminin gabonais.

LEAVE A REPLY

S'il vous plaît ecrivez votre commentaire
S'il vous plaît entrer votre nom ici