Qui pour sauver le football gabonais ?

0

National-Foot – Saison 2018-2019

Le National-Foot de D1 et D2, après 16 journées disputées sur 32, s’est achevée la semaine dernière,  à la grande satisfaction de la Ligue nationale de football ‘’professionnelle’’ , de Mangasport, champion du Gabon après deux saisons de disette, et du  CMS, 2e. La Linafp a donc réussi ”sa mission”, celle consistant  à boucler dans les délais son championnat. Quelle parodie ! En réalité, ce championnat, qui ne l’est que de nom, est à l’image  même de l’incompétence et l’amateurisme des dirigeants sportifs gabonais qui, dans la précipitation, ont tout fait pour le boucler dans les temps, la précipitation  et  le désordre.

Et puis, la CAF arrive pour brandir la menace de suspendre  les équipes gabonaises des Coupes africaines  si les salaires de tous les joueurs professionnels n’étaient pas entièrement réglés.

Ainsi, lors de la réunion de lundi entre  clubs,  Fegafoot et  LINAFP, sur les  23 clubs de D1 et D2, seuls 5 formations  ont déposé sur la table de la fédération  leurs états financiers. Les 18 autres ont refusé, sans doute, de perdre inutilement du temps à produire ce document, sachant pertinemment qu’ils ne payeront jamais la note.

Le 20 juin, la fédération doit fournir à la CAF un plan d’actions relatif aux règlements  des arriérés de salaire des joueurs. Quel nouveau  baratin cette bonne vieille  fédé  va-t-elle pondre à la CAF pour justifier l’injustifiable ?  Face à ce nouvel échec, il est désormais certain  que le Gabon n’aura aucune équipe en Coupe d’Afrique la saison prochaine. La Linafp, qui etait pressée de clôturer le championnat avant-terme, dans le but de dégager les deux représentants gabonais en compétitions africaines, devra se mordre les doigts dans un mois quand la CAF va frapper.

L’autre question qui interpelle l’opinion, est celle du démarrage  de la nouvelle saison. Dans  bon nombre de pays, les dates sont connues d’ avance. A l’issue du Mondial 2018, beaucoup de championnats à travers le monde reprendront. Au Gabon, c’est évident, après le bricolage du championnat écoulé, il n’est pas prêt de reprendre. Pourquoi ?  Parce que tout simplement la Linafp n’a pas d’argent  pour débuter la nouvelle saison. Elle ne se démène même pas pour trouver de nouveaux partenaires pour l’accompagner dans l’organisation de ce fameux  championnat. Et ça se dit dirigeant du football gabonais !

Ensuite, il faut solder le passif des clubs vis-à-vis de leurs joueurs et trouver un ”remplaçant” à L’État qui doit retirer ses financements, après avoir inutilement  englouti dans l’eau,  pendant cinq ans,  sans surveillance, des milliards de francs. Alors, messieurs de la Linafp, de la Fegafoot, dirigeants de clubs,   vous comprenez maintenant que le prix  de l’improvisation  et du  pilotage à vue c’est l’échec!

LEAVE A REPLY

S'il vous plaît ecrivez votre commentaire
S'il vous plaît entrer votre nom ici