Les Pantheres peuvent-elles battre les Hirondelles?

0

Dans la perspective du match Burundi-Gabon

Le Gabon jouera sa qualification au mois de mars prochain au stade prince Louis-Rwagasore face au Burundi, en match comptant pour la dernière journée des éliminatoires de la CAN -2019. Ainsi, pour se qualifier, le Onze gabonais a l’obligation de battre son adversaire, invaincu depuis le début des éliminatoires. Malgré cette gageure à relever, les Panthères peuvent-elles battre les Hirondelles? Avant de tenter d’apporter quelques éléments de réponse à cette grosse interrogation, il est opportun de savoir déjà pourquoi l’équipe gabonaise coince en termes de résultats?

La première préoccupation reste, inéluctablement, la qualité des joueurs de la sélection.

Sur les 23 footballeurs convoqués, 4 joueurs ont réellement le niveau pour affronter n’importe quelle formation. Aubameyang, Bouanga, Lemina, et dans une certaine mesure Ecuele. Pour le reste, c’est trop léger pour une sélection sérieuse. Axel Meye est un éternel intermittent sans talent. Messi Mezui se cherche encore. Kanga a du mal à trouver ses marques. Poko, c’est toujours brouillon malgré ses velléités offensives… Pis, la pauvreté du banc de touche du Gabon est une véritable déception. Mbingui, Madinda et le reste rongent toujours le frein…

En club, c’est le désert pour nos compatriotes qui sont allés , soit en Arménie, en Tunisie, en Jordanie, au Koweït, et même en Libye, alors qu’ils évoluaient y a quelques années dans de grands championnats.

Comment être performant en sélection si l’on n’est pas capable d’être titulaire dans son club ?

Qu’ en est-il de la sérénité dans la tanière?

Daniel Cousin, le sélectionneur des Panthères du Gabon./Photo : DR

Avec l’arrivée de Cousin à la tête de l’équipe, beaucoup pensaient à un retour de sérénité dans le groupe. Mais il n’en est rien ! Les petits conflits d’humeurs entre ce dernier et certaines fortes têtes de l’équipe sont vivaces. Est-ce fortuit si les joueurs ont surnommé Cousin “l’entrepreneur ”?

La qualité de jeu sur le terrain

Depuis pratiquement 3 ans, les Panthères ont perdu en qualité de jeu. Le Gabon pratique désormais un jeu poussif, fait de long ballon… Même les lignes sont systématiquement traversées à la perche. Le Gabon ne fait plus peur. Son jeu manque de vivacité, de fluidité et d’envie. Résultats : ce sont des éliminations à répétition. Les Panthères peuvent-elles battre les Hirondelles? Au vu de ce qui précède, non ! Il faudrait un vrai miracle aux Gabonais pour s’imposer sur le terrain synthétique de Bujumbura, contre un adversaire qui ne lui fera aucun cadeau.

LEAVE A REPLY

S'il vous plaît ecrivez votre commentaire
S'il vous plaît entrer votre nom ici