L’avis d’Alain Giresse sur la décision de la CAF

1

Après la décision de la CAF de retirer au Cameroun l’organisation de la CAN-2019

La décision vendredi de la Confédération africaine de football de retirer au Cameroun l’organisation de la CAN-2019, a fait l’effet d’une bombe à fragmentation au Cameroun. De Douala à Yaounde, en passant par Kribi, Garoua, Maroua… , les populations accusent encore le coup. Que deviendront les stades déjà sortis de terre ? Le changement du cahier de charges de la CAF, n’a-t-il pas scellé le sort du Cameroun ? Alain Giresse, ancien sélectionneur du Gabon, de 2006 à 2010, fin connaisseur du football africain, dans un mini-entretien à Isport, donne son avis sur ces questions.

La décision de la Confédération africaine de football est tout naturellement un coup dur pour le Cameroun. Ce pays à tout de même investi plusieurs milliards dans la réalisation de nombreuses infrastructures. La question qui se pose évidemment est celle de savoir ce que deviendront lesdites infrastructures“.

Le fait de passer de 4 à 6 sites n’a -t-il pas été un handicap?

Cette situation pose la problématique liée à la capacité des pays à répondre dans des délais réduits au nouveau cahier de charges de la CAF. Combien de pays au Sud du Sahara peuvent relever ce défi? Là est toute la question“.

Que pensez-vous de la proposition de la CAF de vouloir attribuer la CAN-2021 au Cameroun, alors que la Côte d’Ivoire a déjà engagée les travaux ?

Le Cameroun avait engagé depuis plusieurs mois des travaux. Il faut bien bien que ces structures servent. Je pense qu’il est intéressant de confier au Cameroun une autre CAN. Est-ce celle de 2021 ? J’ai peur que celà n’engendre d’autres problèmes. C’est pas si simple“, a-t-il indiqué à Isport.

1 COMMENTAIRE

LEAVE A REPLY

S'il vous plaît ecrivez votre commentaire
S'il vous plaît entrer votre nom ici