Jean-Michel Durand : “le sport gabonais souffre de maux assez communs en Afrique”

0

Football? Le regard  de notre confrère mauricien du magazine économique, L’Eco austral

Jean-Michel Durand, journaliste émérite mauricien est  diplômé en histoire et en sciences politiques. Il  travaille depuis plusieurs années au  magazine économique L’Eco austral,  publication  qui fête cette année ses 25 ans.  Passionne d’économie et de politique, ‘’JMD’’ est également un féru de sport. Il pose ici un regard objectif sur le football continental, tout en se prononçant sur la discipline au niveau du Gabon.  Lecture.

Isport : jean-Michel Durand, comment se porte le sport mauricien en général, et le football en particulier ?

 Le Mauricien a trois passions : les courses hippiques, la politique et le football.  Ce sport a aussi un rôle social. Dans notre jeune nation – nous fêtons cette année notre 50 ans d’indépendance –, les clubs de football ont longtemps été identifiés selon leurs ethnies (à Maurice, on parle de communauté). Les contentieux socio-politiques se réglaient pacifiquement, tous les dimanches, sur le terrain. Mais en 1999, un match de football entre le club de la Fire Brigade (le club des métis et des Noirs) et les Muslim Scouts (un des clubs des Musulmans) dégénère en émeutes. Elles feront 7 morts. Les clubs ethniques sont alors dissous et remplacés par des clubs régionaux. Mais la passion n’est plus la même. Ce fut la mort du football local. La passion du Mauricien s’est reportée sur le championnat… anglais (héritage de 200 ans de colonisation britannique). Cette passion est contrebalancée par le désintérêt pour notre équipe nationale. Nos dodos (du nom de notre oiseau emblématique) étaient, il est vrai, classés en  2015 au 174e rang mondial du classement !
L’équipe est faite pour une bonne part de joueurs semi-amateurs locaux mais aussi venus de championnat australien, canadien et français (là où est la diaspora mauricienne).

Dans quelques semaines s’ouvrira le Mondial Russie 2018. Quelles sont les chances des équipes africaines d’accéder au second tour ?

Pour moi, les Green Eagles ont la meilleure chance : ils ont de l’expérience et peuvent s’appuyer sur leurs nombreux joueurs qui sont l’étranger. C’est le talon d’Achille des Pharaons. Le Maroc, la Tunisie et le Sénégal ont des coups à jouer. Les lions de la Teranga, avec Sadio Mané, peuvent-ils nous refaire le coup de 2002 en atteignant les 1/4 de finale ?

Comment les Mauriciens apprécient la participation des équipes africaines à cette compétition ?

Cette question est pertinente puisque l’africanité des Mauriciens ne fait pas sens. Cela s’explique par notre histoire et ses 400 ans d’esclavage. Des Mauriciens supporteront des équipes africaines mais sans se sentir Africain.

Abordons le cas du Gabon. Vu de Maurice, quel est votre regard sur le sport gabonais et le football en particulier ?

Sans être trop m’avancer, le sport gabonais souffre  de maux assez communs en Afrique (dont Maurice) : népotisme, manque de moyen et d’intérêt et surtout une politisation à outrance !

Selon vous, comment rendre performant le sport au Gabon ?

 Pour rendre le sport plus performant au Gabon  : il faut faire exactement l’inverse de ce qui se passe actuellement. Et surtout soutenir le sport à l’école qui est pour moi, la clé !

LEAVE A REPLY

S'il vous plaît ecrivez votre commentaire
S'il vous plaît entrer votre nom ici