Et si le problème des Panthères n’était pas le coach ?

0

Equipe nationale de football du Gabon

Alain Giresse, le nouvel entraîneur de la Tunisie./Photo : DR

Depuis 2010, soit 9 ans, le Gabon a eu 7 sélectionneurs qui se sont succédés à la tête des Panthères. De Giresse, en passant par Rorh, Duarte, Costa, Camacho, Cousin, puis Neveu, la maison Panthère a vu du monde. Le seul d’entre eux ayant joué un quart de final, en 2012, est le technicien franco-allemand Gernot Rorh, vite renvoyé au terme de l’élimination du Gabon, aux tirs au but contre le Mali d’Alain Giresse, lui aussi limogé après pourtant une bonne Coupe d’Afrique des nations en Angola, battu 1-2 par la Zambie, après avoir gagné le Cameroun 1-0… Ainsi, la durée moyenne de vie d’un coach au Gabon est de quasiment 14 mois. La question qui se pose est donc celle de savoir pourquoi cette inconstance ?

Gernot Rohr maintenant sélectionneur du Nigeria./Photo : DR

Au Gabon les dirigeants du football gabonais travaillent sur le court terme. Ils veulent des résultats tout de suite sans pour autant avoir une vraie politique sportive. Dès que les résultats ne suivent pas, le coach est immédiatement remplacé. Le problème du football gabonais est beaucoup plus structurel. Il manque une vision à long terme. Les dirigeants sont limités dans le temps et dans l’espace. On ne peut rien construire dans le court terme. Le problème du football gabonais n’est pas lié au coach. La preuve, à chaque fois que ces coachs quittent le Gabon, ils ont des résultats ailleurs. Il faut bâtir notre football sur des bases solides. Développer le football des jeunes, former les encadreurs, les administratifs… C’est seulement à ce prix qu’on aura des résultats. Notre football n’est pas structurés. En l’état, on changera des coachs chaque année sans résultats “, nous a confié un fin connaisseur du football gabonais.

LEAVE A REPLY

S'il vous plaît ecrivez votre commentaire
S'il vous plaît entrer votre nom ici