Alain-Claude Bilie-By-Nze veut voir clair

0

Tropicale Amissa-Bongo 2020

Tropicale Amissa-Bongo 2019./Photo : DR

La 14e édition de la Tropicale Amissa-Bongo prend fin ce dimanche à Libreville. Et comme il fallait s’y attendre, les cyclistes gabonais, comme lors des précédentes éditions, ont fait de la figuration, en rendant une bien triste copie aux férus de la discipline. La faute à une fédération quasi-inexistante. La faute également à un Bureau fédéral sans ambition, sans imagination, incapable de profiter des opportunités qu’offrent la Tropicale pour tirer vers le haut “la petite reine” gabonaise. Pis, chaque année, au même mois de janvier, les problèmes des coureurs gabonais sont mis au devant de la scène, plaçant ainsi les autorités devant le fait accompli. Ainsi, face à cette déception de trop, le ministre d’Etat en charge du Sports, Alain-Claude Bilie-By-Nze a tapé du poing sur la table. Il veut désormais voir clair avant d’engager le Gabon lors de la prochaine édition, en 2020.

(…) Pour la prochaine édition, si je suis encore ministre des Sports, nous n’aurons pas d’équipe à la Tropicale, si on n’a pas organisé le championnat au niveau national pour détecter et former. Car la Tropicale ne peut se gagner par hasard. Certes il faut qu’on continue à organiser des compétitions chez nous, mais à condition qu’elles soient profitables au sport national. Et la Tropicale ne pourra se justifier que dans la mesure où le cyclisme national en bénéficie“, a fait savoir le ministre d’Etat en charge du Sports.

Ainsi, la pensée d’Alain-Claude Bilie-By-Nze est clairement définie : organiser des compétitions domestiques afin de prendre part à la prochaine Tropicale, en 2020.

Nazaire Embiga, le président de la Fegacy est-il capable de relever ce défi ? Des fonds sont pourtant alloués à cette fédération pour prendre part chaque année à différentes compétitions africaines. Ces subventions ne peuvent-elles pas servir à organiser le cyclisme domestique ? Comment un seul instant penser qu’on peut obtenir des résultats sans compétitions au niveau local ? La balle est donc désormais, plus que jamais, dans le camp de Nazaire Embiga et son équipe. Parions qu’après la Tropicale, plus personne ne parlera de cyclisme au Gabon.

LEAVE A REPLY

S'il vous plaît ecrivez votre commentaire
S'il vous plaît entrer votre nom ici