Aboubakar Ouattara : “le football gabonais est dans une léthargie totale”

0

Entretien exclusif avec le conseiller technique du président du WAC de Casablanca.

Entretien réalisé par la rédaction

Aboubakar Ouattara dit ”Ouat” est un fin connaisseur du footballeur africain. Cet Ivoirien, Bon chic bon genre, le regard pétillant de malice et de gourmandise, a sillonné le continent pour vivre sa passion : le football. De Port-Gentil à Libreville, en passant par la RDC, le Ghana, le Niger, la Guinée Équatoriale…, l’homme a toujours marqué son passage et son territoire par la force de son travail. Actuel conseiller technique du président du WAC de Casablanca, Aboubakar Ouattara, qui était dimanche dernier au stade Mohammed-V de Casablanca pour ”vivre” en direct la finale aller de la Coupe de la CAF entre le Raja et l’AS Vita Club de Kinshasa (3-0), nous a accordé un entretien exclusif. Dans cette interview, ”Ouat” est revenu tout naturellement sur cette finale aller, avant de parler des chances des deux formations lors de la manche retour, et de plonger un regard lucide sur le football gabonais, . Excellente lecture !

Isport : Aboubakar Ouattara, c’est indéniable, vous êtes un véritable baroudeur des stades africains. Vous avez même entrainé au Gabon .
Baroudeur c’est trop dire ! Passionné oui ! Effectivement j’ai entraîné au Gabon. Je suis arrivé pour la première fois dans ce pays en 1996. J’ai coaché Pétrosports jusqu’en 1998, avant de m’occuper du Tout Puissant Akwembe de 2004 a 2006. J’ai été également coach de l’AS Vita Club, du TP Mazembe, de l’Ashanti Kotoko… J’ai aussi apporté mon expertise au Niger, dans mon pays d’origine et en Guinée Équatoriale…

Vous avez assisté au match aller de la finale de la Coupe de la CAF, remportée par le Raja face aux Congolais de AS Vita. Victoire méritée des Marocains ?
C’est avec l’œil du technicien que j’ai suivi cette rencontre aller de la finale de la Coupe de la CAF remportée par nos voisins 3-0 d’une manière magistrale. Personne ne s’attendait a ce score, mais a la victoire oui. En phase de groupe, la formation du Raja n’a perdu qu’une seule rencontre, justement contre Vita en RDC, 0-2. Pour le reste il a déroulé. Victoire au Congo Brazzaville, au Nigeria, en Cote d’ivoire contre l’Asec en aller-retour… Les prémices d’un bon match en finale s’annonçaient déjà.

La différence s’est faite à quel niveau ?
C’est la qualité des joueurs du Raja qui a fait la différence, en plus d’avoir une équipe technique. La victoire du Raja est amplement méritée et ne souffre d’aucune contestation possible.

Qu’est-ce qui n’a pas fonctionne pour l’AS Vita ?
Vita n’a pas pris la rencontre au sérieux. Ils se sont laissés endormir par les deux matchs de groupe. A Casablanca, ils étaient venus chercher le nul avant de conclure 2-0 au Congo.Ils n’ont pas, a mon avis tiré toute la lecture de ces deux rencontres. Ils ont sans doute penser à une simple formalité. Pis, l’environnement a joué en défaveur de cette équipe. En effet, venir plusieurs jours préparer le match chez l’adversaire me parait suicidaire.

Tout est jouable lors de la manche retour ?
En football tout est possible. Le Raja a pris la mesure de l’adversaire au match aller. Pour la seconde manche, c’est aux locaux de tout mettre en place pour assurer leur victoire finale. Les Marocains vont attaquer, c’est certain. C’est donc à Vita de prendre la mesure de la rencontre et que le meilleur gagne.

Un mot sur le football gabonais que vous connaissez bien.
Disons nous la vérité, le football gabonais est dans une léthargie totale. Je le dis avec regret et amertume. Ce ne sont pas les joueurs, encore moins les infrastructures qui sont remis en cause. Je pense à une guerre de leadership et un manque d’organisation. Voyez-vous, vous pouvez avoir assez d’argent, mais si vous n”êtes pas organisés, vous n’aurez aucun résultat. Je me souviens de cette époque où plusieurs joueurs du continent venaient jouer au Gabon. I y avait de la qualité. Le jour ou le football gabonais sera bien organisé, il y aura des résultats. Et cette situation est valable pour tout le sport gabonais. Des milliards sont injectés sans résultats. C’est vraiment dommage !

LEAVE A REPLY

S'il vous plaît ecrivez votre commentaire
S'il vous plaît entrer votre nom ici